Derniers sujets
» Monaco: Kylian Mbappé
par Young Red Aujourd'hui à 15:18

» La Gantoise: Mercato en vrac
par Young Red Aujourd'hui à 15:04

» International Champions Cup
par Young Red Aujourd'hui à 15:00

» Anderlecht: mercato en vrac
par Tubizeinforce Aujourd'hui à 14:19

» Chelsea: Michy Batshuayi
par loc Aujourd'hui à 13:06

» Gold Cup (CONCACAF)
par Young Red Aujourd'hui à 12:55

» Euro 2017 : Red Flames
par Young Red Aujourd'hui à 12:50

» J.1 : Antwerp - Anderlecht
par Young Red Aujourd'hui à 11:22

» Manchester United: Romelu Lukaku
par loc Aujourd'hui à 11:05

» TDF 2017
par Old Red Aujourd'hui à 10:12

» Match amical - Arsenal-Chelsea
par loc Aujourd'hui à 9:51

» Championnat belge: Les arbitres
par loc Aujourd'hui à 9:44

» Pronos JPL : Journée 1
par Polle Gazon Aujourd'hui à 9:25

» Pronos JPL : Journée 2
par Edkho7 Hier à 20:37

» Arbitrage vidéo
par loc Hier à 18:40

» PSG: TRANSFERT / Arrivée.
par Young Red Hier à 18:15

» Premier League : Mercato en vrac
par Young Red Hier à 18:10

» MONACO - Transferts 2017-2018 (départ - arrivée).
par Young Red Hier à 18:02

» Règlement Mania League 2017 - 2018
par Exedra Hier à 9:49

» Anderlecht: Matchs d'avant-saison
par Cale Hier à 9:43

» Anderlecht remonte Zute et gagne sa 13e Supercoupe de Belgique (2-1)
par Cale Hier à 9:33

» Informations sur l'Antwerp
par Young Red Dim 23 Juil - 23:26

» CL : FC Bruges - Basaksehir (3ème Tour PR) A/R
par Cale Dim 23 Juil - 22:19

» Mania Proximus League annulée.
par Tubizeinforce Dim 23 Juil - 18:52

» Matchs d'avant-saison des autres équipes de Pro League
par Young Red Sam 22 Juil - 22:21

Dates et liens jeux pronos

Pronos JPL: Journée 1
Clôture 28 juillet à 20 h 30

Lien : ici


Pronos CL/EL : 2017 - 2018
Clôture 15 août 2017

Lien ici


Pronos EMC: 2017 - 2018
Clôture 11 août 2017

Lien : ici


Wid sujets jeux
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 55 le Ven 4 Nov - 19:44



Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Sam 5 Nov - 21:56

Le néolibéralisme est un fascisme
Manuela Cadelli, présidente de l’Association Syndicale des Magistrats
Mis en ligne jeudi 3 mars 2016, 10h02

La carte blanche de Manuela Cadelli, présidente de l’Association syndicale des magistrats.


Le temps des précautions oratoires est révolu ; il convient de nommer les choses pour permettre la préparation d’une réaction démocrate concertée, notamment au sein des services publics.
Le libéralisme était une doctrine déduite de la philosophie des Lumières, à la fois politique et économique, qui visait à imposer à l’Etat la distance nécessaire au respect des libertés et à l’avènement des émancipations démocratiques. Il a été le moteur de l’avènement et des progrès des démocraties occidentales.



Le néolibéralisme est cet économisme total qui frappe chaque sphère de nos sociétés et chaque instant de notre époque. C’est un extrémisme.
Le fascisme se définit comme l’assujettissement de toutes les composantes de l’État à une idéologie totalitaire et nihiliste.
Je prétends que le néolibéralisme est un fascisme car l’économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques mais aussi chaque parcelle de notre réflexion. L’État est maintenant au service de l’économie et de la finance qui le traitent en subordonné et lui commandent jusqu’à la mise en péril du bien commun.
L’austérité voulue par les milieux financiers est devenue une valeur supérieure qui remplace la politique. Faire des économies évite la poursuite de tout autre objectif public. Le principe de l’orthodoxie budgétaire va jusqu’à prétendre s’inscrire dans la Constitution des Etats. La notion de service public est ridiculisée.
Le nihilisme qui s’en déduit a permis de congédier l’universalisme et les valeurs humanistes les plus évidentes : solidarité, fraternité, intégration et respect de tous et des différences. Même la théorie économique classique n’y trouve plus son compte : le travail était auparavant un élément de la demande, et les travailleurs étaient respectés dans cette mesure ; la finance internationale en a fait une simple variable d’ajustement.



Déformation du réel

Tout totalitarisme est d’abord un dévoiement du langage et comme dans le roman de Georges Orwell, le néolibéralisme a sa novlangue et ses éléments de communication qui permettent de déformer le réel. Ainsi, toute coupe budgétaire relève-t-elle actuellement de la modernisation des secteurs touchés. Les plus démunis ne se voient plus rembourser certains soins de santé et renoncent à consulter un dentiste ? C’est que la modernisation de la sécurité sociale est en marche.
L’abstraction domine dans le discours public pour en évincer les implications sur l’humain. Ainsi, s’agissant des migrants, est-il impérieux que leur accueil ne crée pas un appel d’air que nos finances ne pourraient assumer. De même, certaines personnes sont-elles qualifiées d’assistées parce qu’elles relèvent de la solidarité nationale.

Culte de l’évaluation

Le darwinisme social domine et assigne à tous et à chacun les plus strictes prescriptions de performance : faiblir c’est faillir. Nos fondements culturels sont renversés : tout postulat humaniste est disqualifié ou démonétisé car le néolibéralisme a le monopole de la rationalité et du réalisme. Margaret Thatcher l’a indiqué en 1985 : «  There is no alternative  ». Tout le reste n’est qu’utopie, déraison et régression. Les vertus du débat et de la conflictualité sont discréditées puisque l’histoire est régie par une nécessité.
Cette sous-culture recèle une menace existentielle qui lui est propre : l’absence de performance condamne à la disparition et dans le même temps, chacun est inculpé d’inefficacité et contraint de se justifier de tout. La confiance est rompue. L’évaluation règne en maître, et avec elle la bureaucratie qui impose la définition et la recherche de pléthore d’objectifs et d’indicateurs auxquels il convient de se conformer. La créativité et l’esprit critique sont étouffés par la gestion. Et chacun de battre sa coulpe sur les gaspillages et les inerties dont il est coupable.

La Justice négligée

L’idéologie néolibérale engendre une normativité qui concurrence les lois du parlement. La puissance démocratique du droit est donc compromise. Dans la concrétisation qu’ils représentent des libertés et des émancipations, et l’empêchement des abus qu’ils imposent, le droit et la procédure sont désormais des obstacles.
De même le pouvoir judiciaire susceptible de contrarier les dominants doit-il être maté. La justice belge est d’ailleurs sous-financée ; en 2015, elle était la dernière d’un classement européen qui inclut tous les états situés entre l’Atlantique et l’Oural. En deux ans, le gouvernement a réussi à lui ôter l’indépendance que la Constitution lui avait conférée dans l’intérêt du citoyen afin qu’elle joue ce rôle de contre-pouvoir qu’il attend d’elle. Le projet est manifestement celui-là : qu’il n’y ait plus de justice en Belgique.

Une caste au-dessus du lot

La classe dominante ne s’administre pourtant pas la même potion qu’elle prescrit aux citoyens ordinaires car austérité bien ordonnée commence par les autres. L’économiste Thomas Piketty l’a parfaitement décrit dans son étude des inégalités et du capitalisme au XXIe siècle (Seuil 2013).
Malgré la crise de 2008, et les incantations éthiques qui ont suivi, rien ne s’est passé pour policer les milieux financiers et les soumettre aux exigences du bien commun. Qui a payé ? Les gens ordinaires, vous et moi.



Et pendant que l’État belge consentait sur dix ans des cadeaux fiscaux de 7 milliards aux multinationales, le justiciable a vu l’accès à la justice surtaxé (augmentation des droits de greffe, taxation à 21 % des honoraires d’avocat). Désormais pour obtenir réparation, les victimes d’injustice doivent être riches.
Ceci dans un Etat où le nombre de mandataires publics défie tous les standards mondiaux. Dans ce secteur particulier, pas d’évaluation ni d’études de coût rapportée aux bénéfices. Un exemple : plus de trente ans après le fédéralisme, l’institution provinciale survit sans que personne ne puisse dire à quoi elle sert. La rationalisation et l’idéologie gestionnaire se sont fort opportunément arrêtées aux portes du monde politique.

Idéal sécuritaire

Le terrorisme, cet autre nihilisme qui révèle nos faiblesses et notre couardise dans l’affirmation de nos valeurs, est susceptible d’aggraver le processus en permettant bientôt de justifier toutes les atteintes aux libertés, à la contestation, de se passer des juges qualifiés inefficaces, et de diminuer encore la protection sociale des plus démunis, sacrifiée à cet « idéal » de sécurité.

Le salut dans l’engagement

Ce contexte menace sans aucun doute les fondements de nos démocraties mais pour autant condamne-t-il au désespoir et au découragement ?
Certainement pas. Voici 500 ans, au plus fort des défaites qui ont fait tomber la plupart des Etats italiens en leur imposant une occupation étrangère de plus de trois siècles, Nicolas Machiavel exhortait les hommes vertueux à tenir tête au destin et, face à l’adversité des temps, à préférer l’action et l’audace à la prudence. Car plus la situation est tragique, plus elle commande l’action et le refus de « s’abandonner » (Le prince, chapitres XXV et XXVI).
Cet enseignement s’impose à l’évidence à notre époque où tout semble compromis. La détermination des citoyens attachés à la radicalité des valeurs démocratiques constitue une ressource inestimable qui n’a pas encore révélé, à tout le moins en Belgique, son potentiel d’entraînement et sa puissance de modifier ce qui est présenté comme inéluctable. Grâce aux réseaux sociaux et à la prise de parole, chacun peut désormais s’engager, particulièrement au sein des services publics, dans les universités, avec le monde étudiant, dans la magistrature et au barreau, pour ramener le bien commun et la justice sociale au cœur du débat public et au sein de l’administration de l’État et des collectivités.
Le néolibéralisme est un fascisme. Il doit être combattu et un humanisme total doit être rétabli.
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par SchuuultZ le Dim 6 Nov - 11:31

Déjà, rien qu'à lire le titre, je suis largué ...
avatar

SchuuultZ
• Footmaniaque Titulaire •
• Footmaniaque Titulaire •

Messages : 992
Date d'inscription : 23/07/2015
Localisation : Entre Namur et Charleroi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Dim 6 Nov - 11:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Déjà, rien qu'à lire le titre, je suis largué ...

Oui c'est un pamphlet sans doute trop radical, on devrait déjà remplacer fascisme par totalitarisme au moins.

Ca rejoint quand même mon sentiment général ... Bon, j'ai dit sentiment, pas réflexion rationnelle aboutie; c'est un peu comme quand on dit qu'on n'est pas en démocratie, ce qui est dans doute partiellement vrai mais aussi exagéré.

Mais c'était surtout pour contrebalancer le discours de certains qui font facilement l'amalgame entre libéralisme, "gauchisme" et même islamisme ...
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par ImpactDeMontréal le Dim 6 Nov - 15:36

Étant fondamentalement et intrinsèquement libertarien, je me suis arrêté au titre.

God save Milton Friedman !
avatar

ImpactDeMontréal
• Footmaniaque Titulaire •
• Footmaniaque Titulaire •

Messages : 1007
Date d'inscription : 04/07/2014
Age : 48
Localisation : Là où le sirop d'étrable coule.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Dim 6 Nov - 18:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Étant fondamentalement et intrinsèquement libertarien, je me suis arrêté au titre.

God save Milton Friedman !

Il fut un temps où les Chicago boys c'était une insulte dans mon entourage ;)

C'était historiquement une contre-offensive du capitalisme contre le socialisme, en pleine guerre froide, avec des ambassadeurs comme Reagan ou Tatcher. Ou Gol chez nous, puis Verhofstadt.

Mais je vois vraiment pas ce que ça apporte de bon, beaucoup de dérivés actuelles du monde lui sont dues. Si on pouvait contre-argumenter je suis preneur.

avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par Tubizeinforce le Dim 6 Nov - 18:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Si on pouvait contre-argumenter je suis preneur.

Pas moi


_____________________________________________________________________________

"Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée". Proverbe tibétain
avatar

Tubizeinforce
• Staff •
• Staff •

Messages : 4700
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 58
Localisation : Tubize

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Dim 6 Nov - 19:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Si on pouvait contre-argumenter je suis preneur.

Pas moi


Toi tu peux recopier ta chanson ici je crois ...

À mon avis les autres vont pas contre argumenter parce qu'ils savent que je vais (toujours) répondre ... OK c'est pas très fair play de ma part, mais bon, chacun ses vices :)
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par Tubizeinforce le Dim 6 Nov - 20:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Même la théorie économique classique n’y trouve plus son compte : le travail était auparavant un élément de la demande, et les travailleurs étaient respectés dans cette mesure ; la finance internationale en a fait une simple variable d’ajustement.

Le travail aliénant


_____________________________________________________________________________

"Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée". Proverbe tibétain
avatar

Tubizeinforce
• Staff •
• Staff •

Messages : 4700
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 58
Localisation : Tubize

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par ImpactDeMontréal le Dim 6 Nov - 20:26

Les trois piliers fondamentaux du libertarisme sont:

LIBERTÉ
RESPONSABILITÉ
OPTIMISME

j'admet que ces notions sont très difficile a accepter, comprendre et à assimiler par la gauche ! :^)
avatar

ImpactDeMontréal
• Footmaniaque Titulaire •
• Footmaniaque Titulaire •

Messages : 1007
Date d'inscription : 04/07/2014
Age : 48
Localisation : Là où le sirop d'étrable coule.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par Tubizeinforce le Dim 6 Nov - 20:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Les trois piliers fondamentaux du libertarisme sont:

LIBERTÉ
RESPONSABILITÉ
OPTIMISME

Optimisme...

Donc exploiter ton prochain est optimisme pour toi ? Un "plus" dans ta vie ?


_____________________________________________________________________________

"Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée". Proverbe tibétain
avatar

Tubizeinforce
• Staff •
• Staff •

Messages : 4700
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 58
Localisation : Tubize

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par Tubizeinforce le Dim 6 Nov - 20:41

C'est vrai, même les 3 religions monothéistes encensent le "seigneur", leurs "écritures divines" disent qu'il faut obéir à ce "seigneur" qui a nommé ses "rois"...

Alors je préfère les bolchéviques qui interdisent la religion

_____________________________________________________________________________

"Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée". Proverbe tibétain
avatar

Tubizeinforce
• Staff •
• Staff •

Messages : 4700
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 58
Localisation : Tubize

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Dim 6 Nov - 21:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Les trois piliers fondamentaux du libertarisme sont:

LIBERTÉ
RESPONSABILITÉ
OPTIMISME

j'admet que ces notions sont très difficile a accepter, comprendre et à assimiler  par la gauche ! :^)

Le libertarisme est lie au liberalisme economique ??

Par rapport a la liberte, celle proposee par le capitalisme est un leurre, dans ce systeme on essaie surtout d'imposer le libre-echange aux autres et la liberte d'entreprendre a soi-meme ... Actuellement c'est super flagrant avec l'attitude des USA dans le monde, ou dans les negociations de regulation mondiale du commerce en matiere agricole, ou pour les matieres premieres en general. Et au niveau individiel c'est pareil, dans un systeme neoliberal, si t'as pas de moyens, t'as surtout le droit de payer et de fermer ta gueule ...

Le socialisme propose un cadre peut-etre plus rigide, mais dont le but est l'emancipation de l'individu (de tous les individus), et donc la liberte individuelle. Quand on veut atteindre l'egalite, c'est l'egalite des droits, pour que chacun soit le plus libre possible d'evoluer dans la direction qu'il veut, en allegeant le plus possible le poids de sa situation sociale, de ses origines, de sa religion, etc ...

Le plus grand probleme pour une application concrete de l'emancipation de l'individu dans un cadre communautaire, c'est la bureaucratie. Mais c'est un probleme rencontre dans tous les systemes economiques et politiques modernes, ou il faut gerer la repartition des taches a grande echelle. Personnellement, je trouve la bureaucratie des societes privees (a commencer par les banques et assurances) au moins aussi coercitive et penalisante au quotidien que la bureaucratie de l'administration publique. Et dans le monde du travail, l'alienation technologique est elle aussi de plus en plus presente, plus que du bon boulot, on nous demande de plus en plus de faire du chiffre.

Pour la responsabilite, ca depend ce que tu entends par la. C'est vrai que la punition, financiere ou autre, n'est pas dans l'ADN de la gauche, et je suis pas sur qu'elle soit vraiment efficace. Mais en ce qui me concerne, engager sa responsabilite par rapport au groupe me parait fondamental pour la bonne marche de la societe.

Quant a l'optimisme, je crois que la gauche propose une utopie et des ideaux mobilisateurs. Je rappelle tout de meme que dans la theorie marxiste, le communisme est l'etape ultime, l'utopie, et s'apparente a l'anarchie (il y a eu tres tot une scission entre les anarchistes qui voulaient instaurer ce systeme tout de suite, et les socialistes qui comme Marx qui pronaient une etape de transition). J'imagine que ce dernier systeme se rapproche assez de ton libertarisme, non ?
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Dim 6 Nov - 21:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Même la théorie économique classique n’y trouve plus son compte : le travail était auparavant un élément de la demande, et les travailleurs étaient respectés dans cette mesure ; la finance internationale en a fait une simple variable d’ajustement.

Le travail aliénant


Moi j'achete ;) pas grand chose a redire. Des questions tout de meme pour mettre tout ca en musique, mais bon ...
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par Tubizeinforce le Dim 6 Nov - 22:15

Dockx Bruxelles est ouvert même le dimanche... on peut pas foutre la paix aux gens ?????

_____________________________________________________________________________

"Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée". Proverbe tibétain
avatar

Tubizeinforce
• Staff •
• Staff •

Messages : 4700
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 58
Localisation : Tubize

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par deceelle le Lun 7 Nov - 10:55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Dockx Bruxelles est ouvert même le dimanche... on peut pas foutre la paix aux gens ?????
Je pense que cela répond à un besoin de la population. Le samedi, il y a trop de monde, les routes sont bouchées, les enfants ont leurs activités....
Par le passé, les magasins d'alimentation étaient tous fermés à 20.00 et le dimanche.
Maintenant, de nombreux petits super marchés sont ouverts jusqu'à 22.00, et le dimanche.

deceelle
• Footmaniaque Soulier D'Or •
• Footmaniaque Soulier D'Or •

Messages : 2746
Date d'inscription : 18/07/2014
Age : 58
Localisation : Brabant wallon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par deceelle le Lun 7 Nov - 11:04

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Le néolibéralisme est un fascisme
Manuela Cadelli, présidente de l’Association Syndicale des Magistrats
Mis en ligne jeudi 3 mars 2016, 10h02

La carte blanche de Manuela Cadelli, présidente de l’Association syndicale des magistrats.



Le temps des précautions oratoires est révolu ; il convient de nommer les choses pour permettre la préparation d’une réaction démocrate concertée, notamment au sein des services publics.
Le libéralisme était une doctrine déduite de la philosophie des Lumières, à la fois politique et économique, qui visait à imposer à l’Etat la distance nécessaire au respect des libertés et à l’avènement des émancipations démocratiques. Il a été le moteur de l’avènement et des progrès des démocraties occidentales.



Le néolibéralisme est cet économisme total qui frappe chaque sphère de nos sociétés et chaque instant de notre époque. C’est un extrémisme.
Le fascisme se définit comme l’assujettissement de toutes les composantes de l’État à une idéologie totalitaire et nihiliste.
Je prétends que le néolibéralisme est un fascisme car l’économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques mais aussi chaque parcelle de notre réflexion. L’État est maintenant au service de l’économie et de la finance qui le traitent en subordonné et lui commandent jusqu’à la mise en péril du bien commun.
L’austérité voulue par les milieux financiers est devenue une valeur supérieure qui remplace la politique. Faire des économies évite la poursuite de tout autre objectif public. Le principe de l’orthodoxie budgétaire va jusqu’à prétendre s’inscrire dans la Constitution des Etats. La notion de service public est ridiculisée.
Le nihilisme qui s’en déduit a permis de congédier l’universalisme et les valeurs humanistes les plus évidentes : solidarité, fraternité, intégration et respect de tous et des différences. Même la théorie économique classique n’y trouve plus son compte : le travail était auparavant un élément de la demande, et les travailleurs étaient respectés dans cette mesure ; la finance internationale en a fait une simple variable d’ajustement.



Déformation du réel


Tout totalitarisme est d’abord un dévoiement du langage et comme dans le roman de Georges Orwell, le néolibéralisme a sa novlangue et ses éléments de communication qui permettent de déformer le réel. Ainsi, toute coupe budgétaire relève-t-elle actuellement de la modernisation des secteurs touchés. Les plus démunis ne se voient plus rembourser certains soins de santé et renoncent à consulter un dentiste ? C’est que la modernisation de la sécurité sociale est en marche.
L’abstraction domine dans le discours public pour en évincer les implications sur l’humain. Ainsi, s’agissant des migrants, est-il impérieux que leur accueil ne crée pas un appel d’air que nos finances ne pourraient assumer. De même, certaines personnes sont-elles qualifiées d’assistées parce qu’elles relèvent de la solidarité nationale.

Culte de l’évaluation


Le darwinisme social domine et assigne à tous et à chacun les plus strictes prescriptions de performance : faiblir c’est faillir. Nos fondements culturels sont renversés : tout postulat humaniste est disqualifié ou démonétisé car le néolibéralisme a le monopole de la rationalité et du réalisme. Margaret Thatcher l’a indiqué en 1985 : «  There is no alternative  ». Tout le reste n’est qu’utopie, déraison et régression. Les vertus du débat et de la conflictualité sont discréditées puisque l’histoire est régie par une nécessité.
Cette sous-culture recèle une menace existentielle qui lui est propre : l’absence de performance condamne à la disparition et dans le même temps, chacun est inculpé d’inefficacité et contraint de se justifier de tout. La confiance est rompue. L’évaluation règne en maître, et avec elle la bureaucratie qui impose la définition et la recherche de pléthore d’objectifs et d’indicateurs auxquels il convient de se conformer. La créativité et l’esprit critique sont étouffés par la gestion. Et chacun de battre sa coulpe sur les gaspillages et les inerties dont il est coupable.

La Justice négligée


L’idéologie néolibérale engendre une normativité qui concurrence les lois du parlement. La puissance démocratique du droit est donc compromise. Dans la concrétisation qu’ils représentent des libertés et des émancipations, et l’empêchement des abus qu’ils imposent, le droit et la procédure sont désormais des obstacles.
De même le pouvoir judiciaire susceptible de contrarier les dominants doit-il être maté. La justice belge est d’ailleurs sous-financée ; en 2015, elle était la dernière d’un classement européen qui inclut tous les états situés entre l’Atlantique et l’Oural. En deux ans, le gouvernement a réussi à lui ôter l’indépendance que la Constitution lui avait conférée dans l’intérêt du citoyen afin qu’elle joue ce rôle de contre-pouvoir qu’il attend d’elle. Le projet est manifestement celui-là : qu’il n’y ait plus de justice en Belgique.

Une caste au-dessus du lot


La classe dominante ne s’administre pourtant pas la même potion qu’elle prescrit aux citoyens ordinaires car austérité bien ordonnée commence par les autres. L’économiste Thomas Piketty l’a parfaitement décrit dans son étude des inégalités et du capitalisme au XXIe siècle (Seuil 2013).
Malgré la crise de 2008, et les incantations éthiques qui ont suivi, rien ne s’est passé pour policer les milieux financiers et les soumettre aux exigences du bien commun. Qui a payé ? Les gens ordinaires, vous et moi.



Et pendant que l’État belge consentait sur dix ans des cadeaux fiscaux de 7 milliards aux multinationales, le justiciable a vu l’accès à la justice surtaxé (augmentation des droits de greffe, taxation à 21 % des honoraires d’avocat). Désormais pour obtenir réparation, les victimes d’injustice doivent être riches.
Ceci dans un Etat où le nombre de mandataires publics défie tous les standards mondiaux. Dans ce secteur particulier, pas d’évaluation ni d’études de coût rapportée aux bénéfices. Un exemple : plus de trente ans après le fédéralisme, l’institution provinciale survit sans que personne ne puisse dire à quoi elle sert. La rationalisation et l’idéologie gestionnaire se sont fort opportunément arrêtées aux portes du monde politique.

Idéal sécuritaire


Le terrorisme, cet autre nihilisme qui révèle nos faiblesses et notre couardise dans l’affirmation de nos valeurs, est susceptible d’aggraver le processus en permettant bientôt de justifier toutes les atteintes aux libertés, à la contestation, de se passer des juges qualifiés inefficaces, et de diminuer encore la protection sociale des plus démunis, sacrifiée à cet « idéal » de sécurité.

Le salut dans l’engagement


Ce contexte menace sans aucun doute les fondements de nos démocraties mais pour autant condamne-t-il au désespoir et au découragement ?
Certainement pas. Voici 500 ans, au plus fort des défaites qui ont fait tomber la plupart des Etats italiens en leur imposant une occupation étrangère de plus de trois siècles, Nicolas Machiavel exhortait les hommes vertueux à tenir tête au destin et, face à l’adversité des temps, à préférer l’action et l’audace à la prudence. Car plus la situation est tragique, plus elle commande l’action et le refus de « s’abandonner » (Le prince, chapitres XXV et XXVI).
Cet enseignement s’impose à l’évidence à notre époque où tout semble compromis. La détermination des citoyens attachés à la radicalité des valeurs démocratiques constitue une ressource inestimable qui n’a pas encore révélé, à tout le moins en Belgique, son potentiel d’entraînement et sa puissance de modifier ce qui est présenté comme inéluctable. Grâce aux réseaux sociaux et à la prise de parole, chacun peut désormais s’engager, particulièrement au sein des services publics, dans les universités, avec le monde étudiant, dans la magistrature et au barreau, pour ramener le bien commun et la justice sociale au cœur du débat public et au sein de l’administration de l’État et des collectivités.
Le néolibéralisme est un fascisme. Il doit être combattu et un humanisme total doit être rétabli.
je ne vois pas très bien qui est "néolibéraliste" en Belgique ou en Europe? La Commission européenne essaie justement de ne pas laisser la voie ouverte uniquement aux entreprises, en mettant des barrières, des règles, des normes.
Cet article, n'est pas entièrement exact et sert beaucoup à défendre les droits acquis de la justice. Comme une sorte de syndicat. Article venant du Soir, je ne suis pas étonné.

deceelle
• Footmaniaque Soulier D'Or •
• Footmaniaque Soulier D'Or •

Messages : 2746
Date d'inscription : 18/07/2014
Age : 58
Localisation : Brabant wallon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Lun 7 Nov - 12:34

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

je ne vois pas très bien qui est "néolibéraliste" en Belgique ou en Europe? La Commission européenne essaie justement de ne pas laisser la voie ouverte uniquement aux entreprises, en mettant des barrières, des règles, des normes.
Cet article, n'est pas entièrement exact et sert beaucoup à défendre les droits acquis de la justice.  Comme une sorte de syndicat. Article venant du Soir, je ne suis pas étonné.

Oui c'est sans doute caricatural. Je ne m'y connais pas assez pour refuter les points que tu cites. mais de maniere generale, il me semble quand meme assez indeniable que:
1) le neoliberalisme a remporte la partie ideologique depuis les annees 80, et a notamment mis en piece la gauche en ce domaine: les socialistes sont presque tous devenus liberaux de fait (Di Rupo a ete le ministre qui a organise la liberalisation de plusieurs services publics), et ceux parmi les communistes qui n'ont pas disparu n'ont pas franchement de projet audible et se retrouvent souvent reduits a defendre de vieux acquis. Meme le desaveu flagrant des faits apres crise financiere de 2008, clairement du a ce systeme, a ete repris a son avantage pour repartir de plus belle dans l'offensive politique, avec un enorme succes
2) actuellement la logique economique et les marches ont beaucoup plus de poids dans la gestion politique que la volonte democratique ... je te concede que les gens votent encore massivement pour ces politiques-la, mais d'abord, on peut se demander a quel point il n'y a pas un gros effet de propagande, et ensuite, il faut quand meme remarquer une desaffection de plus en plus claire envers le personnel politique traditionnel
3) la politique d'inspiration neoliberale actuelle est largement relayee par les institutions comme l'UE, ne fut-ce qu'au niveau des pressions exercees sur nos gouvernements pour retrouver l'equilibre budgetaire a leur facon (l'austerite)
4) cette politique d'inspiration neoliberale met a mal nos democraties, en particulier la justice (et je parle meme pas du court-circuitage prevu dans des accords comme le CETA)
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par deceelle le Lun 7 Nov - 12:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

je ne vois pas très bien qui est "néolibéraliste" en Belgique ou en Europe? La Commission européenne essaie justement de ne pas laisser la voie ouverte uniquement aux entreprises, en mettant des barrières, des règles, des normes.
Cet article, n'est pas entièrement exact et sert beaucoup à défendre les droits acquis de la justice.  Comme une sorte de syndicat. Article venant du Soir, je ne suis pas étonné.

Oui c'est sans doute caricatural. Je ne m'y connais pas assez pour refuter les points que tu cites. mais de maniere generale, il me semble quand meme assez indeniable que:
1) le neoliberalisme a remporte la partie ideologique depuis les annees 80, et a notamment mis en piece la gauche en ce domaine: les socialistes sont presque tous devenus liberaux de fait (Di Rupo a ete le ministre qui a organise la liberalisation de plusieurs services publics), et ceux parmi les communistes qui n'ont pas disparu n'ont pas franchement de projet audible et se retrouvent souvent reduits a defendre de vieux acquis. Meme le desaveu flagrant des faits apres crise financiere de 2008, clairement du a ce systeme, a ete repris a son avantage pour repartir de plus belle dans l'offensive politique, avec un enorme succes
2) actuellement la logique economique et les marches ont beaucoup plus de poids dans la gestion politique que la volonte democratique ... je te concede que les gens votent encore massivement pour ces politiques-la, mais d'abord, on peut se demander a quel point il n'y a pas un gros effet de propagande, et ensuite, il faut quand meme remarquer une desaffection de plus en plus claire envers le personnel politique traditionnel
3) la politique d'inspiration neoliberale actuelle est largement relayee par les institutions comme l'UE, ne fut-ce qu'au niveau des pressions exercees sur nos gouvernements pour retrouver l'equilibre budgetaire a leur facon (l'austerite)
4) cette politique d'inspiration neoliberale met a mal nos democraties, en particulier la justice (et je parle meme pas du court-circuitage prevu dans des accords comme le CETA)
pour moi, le neo liberalisme, c'est le système TRUMP, dont je pense personne ne veut en Europe.
Le libéralisme, c'est l'échange économique et la responsabilisation personnelle, avec un minimum de solidarité.
L'Etat est là pour les tâches régaliennes (armée, police, justice, enseignement) qui mettent toute la population au même niveau. Pas pour créer des parastataux, des intercommunales ou autres qui permettent de nommer des petits copains en envoyant la facture à la population (style Voo).

deceelle
• Footmaniaque Soulier D'Or •
• Footmaniaque Soulier D'Or •

Messages : 2746
Date d'inscription : 18/07/2014
Age : 58
Localisation : Brabant wallon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par Tubizeinforce le Lun 7 Nov - 14:23


_____________________________________________________________________________

"Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée". Proverbe tibétain
avatar

Tubizeinforce
• Staff •
• Staff •

Messages : 4700
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 58
Localisation : Tubize

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par deceelle le Lun 7 Nov - 14:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Il faut également éviter les conclusions rapides. la crise actuelle de l'immigration démontre à quel point il est dans l'intérêt de tous les pays développés à ce que les pays en voie de développement se développent le plus rapidement possible. Les pays, comme la Chine, sont également une excellente opportunité pour les entreprises européennes.
le problème actuel, ce n'est pas la mondialisation, mais c'est la gestion au niveau régional (en Belgique), national ou même européen de problèmes qui ne peuvent que se résoudre au niveau mondial. La taxation des bénéfices des multinationales ne se fera pas aussi longtemps que l'on accepte, par exemple, l'existence de paradis fiscaux.


deceelle
• Footmaniaque Soulier D'Or •
• Footmaniaque Soulier D'Or •

Messages : 2746
Date d'inscription : 18/07/2014
Age : 58
Localisation : Brabant wallon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Lun 7 Nov - 16:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

Il faut également éviter les conclusions rapides. la crise actuelle de l'immigration démontre à quel point il est dans l'intérêt de tous les pays développés à ce que les pays en voie de développement se développent le plus rapidement possible. Les pays, comme la Chine, sont également une excellente opportunité pour les entreprises européennes.
le problème actuel, ce n'est pas la mondialisation, mais c'est la gestion au niveau régional (en Belgique), national ou même européen de problèmes qui ne peuvent que se résoudre au niveau mondial. La taxation des bénéfices des multinationales ne se fera pas aussi longtemps que l'on accepte, par exemple, l'existence de paradis fiscaux.

Tres interessant ... mais tu sembles faire la sourde oreille quand je pretends que ce sont de plus en plus les multinationales qui diligentent le monde, et que rien n'indique qu'ils comprennent leurs interets a long terme ... Au contraire, les exemples abondent qui montrent combien leur soif du profit immediat et leur pouvoir de saccage est incommensurable. On le voit en Europe, ca se passe sous nos yeux, avec un appauvrissement financier (PIB) et social (education, sante - ca se paie a plus long terme) precipite ... On le voit au Moyen Orient et les guerres pour le petrole (ce que fut l'Irak et est la Syrie). On le voit dans les veritables politiques de terre brulee dans l'agriculture sud-americaine ou on vient steriliser un sol (et au passage une biodiversite) qui a mis des millions d'annees a s'enrichir. On l'a vu lors de la premiere guerre mondiale qui a mis fin a une (autre) mondialisation triomphante. Le pouvoir d'auto-destruction du capitalisme ne peut etre neglige ... L'aveu d'impuissance et l'hebetude des economistes etait pourtant palpable lors de la crise de 2008, pourtant largement previsible quand on n'a pas la tete dans le guidon, or ils n'ont retenu aucune lecon de cette mesaventure et ont mise sur la com pour continuer leur fuite en avant.

En parlant de la Chine, on rigolera (encore) moins quand ce seront eux qui seront aux manettes de la mondialisation ... Je crois qu'on peut sans trop se tromper tabler sur un tel changement avant la fin du siecle, il suffira pour ce faire que les USA s'epoumonnent dans leur croisade contre l'Islam ou epuise ses contentieux de la guerre froide contre la Russie (comme les USA ont pris le relais de l'Angleterre apres les deux guerres mondiales qui ont precipite la chute des puissances europeennes).

Et ce n'est pas l'avenement de ce "communisme" chinois (avec beaucoup beaucoup beaucoup de guillemets) qui me rassurera non plus.

Sinon, tout depend de ce que tu appelles "developpement" ... Pour l'instant, il s'agit surtout d'entreprises qui vont s'installer la-bas pour profiter de conditions plus avantageuses, mais ces dernieres ne sont pas forcement synonymes de developpement, surtout quand il s'agit de pecher des matieres premieres ... Ca depend aussi de la nature des Etats hotes, mais qui sont souvent eux-memes conditonnes par les notres (et par les multinationales). L'Afrique specialement me parait largement vulnerable a ce niveau (les Etats ne sont pas assez forts ou trop conciliants pour initier un veritable developpement), pareil pour le Moyen Orient tel qu'on est en train de le redessiner, or c'est de la que viennent les immigres Europeens.

On aura beau decreter qu'on ferme les frontieres, ca ne va pas diminuer le nombre de demandeurs d'asile qui fuient la guerre, le nombre de refugies climatiques, ou "simplement" economiques.
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Lun 7 Nov - 16:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

pour moi, le neo liberalisme, c'est le système TRUMP, dont je pense personne ne veut en Europe.
Le libéralisme, c'est l'échange économique et la responsabilisation personnelle, avec un minimum de solidarité.
L'Etat est là pour les tâches régaliennes (armée, police, justice, enseignement) qui mettent toute la population au même niveau. Pas pour créer des parastataux, des intercommunales ou autres qui permettent de nommer des petits copains en envoyant la facture à la population (style Voo).

Interessant temoignage, dont il m'a fallu longtemps pour me depetrer ;)

Pour moi, la difference entre le liberalisme et le neoliberalisme, entre Adam Smith et Friedman, c'est que le premier avait quand meme quelques considerations humanistes, sinceres, alors que le second erige vraiment l'economie comme loi supreme, l'Etat n'est la que pour les arbitrages entre entreprises ou pour maintenir l'ordre parmi la plebe ...

Des traites comme le CETA considerent quand meme, si on le lit entre les lignes, l'enseignement comme un produit quelconque (n'est considere comme service public que ceux qui ne sont rendus que par les Etats, or il y a quelques ecoles privees, meme en Belgique), et la justice comme une matiere privatisable (et en l'occurrence saisissable par les multinationales contre les Etats ...). C'est pour ca qu'on qualifie de tels traites comme "neoliberaux".

Je rappelle tout de meme qu'un des premiers laboratoires de Friedman, c'est quand meme le Chili de Pinochet ... ca reste plus a droite que Trump !
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par Tubizeinforce le Lun 7 Nov - 16:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Pour l'instant, il s'agit surtout d'entreprises qui vont s'installer la-bas pour profiter de conditions plus avantageuses, mais ces dernieres ne sont pas forcement synonymes de developpement

Ma femme travaillait pour Netoptic à Saintes, ils ont délocalisé la fabrication au Vietnam, elle a été licenciée pour raison "économique"... Mais la marque Kinto reste "made in Belgium"... évidement, le produit fini est assemblé en Belgique

Mais le produit n'a pas diminué de prix pour autant... 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Au contraire, les exemples abondent qui montrent combien leur soif du profit immediat et leur pouvoir de saccage est incommensurable. On le voit en Europe, ca se passe sous nos yeux, avec un appauvrissement financier (PIB) et social (education, sante - ca se paie a plus long terme) precipite ...

Tout à fait, Henry Ford l'avait comprit, pour écouler sa production, il faut donner les moyens aux acheteurs potentiels... Paupériser les acheteurs potentiels, c'est se tirer une balle dans le pied, le serpent qui se mord la queue...


Dernière édition par Tubizeinforce le Lun 7 Nov - 16:53, édité 1 fois

_____________________________________________________________________________

"Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée". Proverbe tibétain
avatar

Tubizeinforce
• Staff •
• Staff •

Messages : 4700
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 58
Localisation : Tubize

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par Tubizeinforce le Lun 7 Nov - 16:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:la justice comme une matiere privatisable

Aux USA, un juge est élu ??? et a tout le pouvoir dans sa juridiction...

Démocratie ???

Un juge élu ?

S'il est incompétent mais a du bagou, voilà le critère de la justice ?

_____________________________________________________________________________

"Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée". Proverbe tibétain
avatar

Tubizeinforce
• Staff •
• Staff •

Messages : 4700
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 58
Localisation : Tubize

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le néolibéralisme est un fascisme (lesoir.be)

Message par loc le Lun 7 Nov - 16:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Pour l'instant, il s'agit surtout d'entreprises qui vont s'installer la-bas pour profiter de conditions plus avantageuses, mais ces dernieres ne sont pas forcement synonymes de developpement

Ma femme travaillait pour Netoptic à Saintes, ils ont délocalisé la fabrication au Vietnam, elle a été licenciée pour raison "économique"... Mais la marque Kinto reste "made in Belgium"... évidement, le produit fini est assemblé en Belgique  

Oui, mais la je rejoins [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] : tous les Etats vers ou on delocalise ne sont pas des victimes, certains en profitent vraiment pour s'enrichir, pour accumuler du savoir-faire, etc ... Attirer des investisseurs, notamment industriels, c'est le B.A.BA pour le developpement.

Si la perte du boulot de ta femme, fait vivre 10 vietnamiens et contribue a ameliorer les infrastructures, l'enseignement et l'education de ce pays, l'humanite y gagne; il y aura peut-etre une pauperisation relative ici mais moins de pauvres la-bas et moins de boat-people. Mais pour ca il faut un Etat fort sur place, ce qui est loin d'etre toujours le cas.

Attention, je ne cautionne pas les delocalisations, ca reste de la mauvaise gestion pour la Belgique, et il y a moyen d'aider autrement au developpement ... Mais c'est un moindre mal si ca peut contribuer au developpement d'un autre pays.
avatar

loc
• Footmaniaque Légendaire •
• Footmaniaque Légendaire •

Messages : 12353
Date d'inscription : 05/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum