Ankara et Bruxelles ont pourtant conclu en mars dernier un pacte qui a permis d’endiguer le flux de réfugiés vers les îles grecques.